Télé Obs

Une tragédie muette où le silence des visages répond au vide des belles parolesÍ

Restez un peu. Rien qu'une fois, il faut croiser le regard de ceux qui n'ont plus rien à dire. Il faut mesurer les respirations lentes des habitants d'une ville meurtrie, quand la neige étouffe leurs derniers cris. Là, face à la caméra d'Hervé Nisic, des visages saisis dans un moment de répit défilent dans un silence qui nous renvoie l'écho de nos si nombreuses promesses. Ils nous laissent seuls avec nos belles paroles. Ils nous rappellent que la compassion n'a jamais été source de liberté. Pendant ce temps, des enfants poussent au milieu des tirs. Leurs parents nous ont déjà tout dit. A quoi bon encore témoigner ; à quoi bon continuer de se faire photographier à un point d'eau surpeuplé, là ou l'obus peut tomber ; à quoi bon toujours accepter la présence voyeuriste des caméras sur pied là où la balle du sniper doit frapper ? Trois ans de safari, ça suffit. Voilà, vous pouvez rentrer chez vous. Avec leur meilleur souvenir.

L.B.

©TéléObs

retour aux autres critiques

retour au sommaire du dossier "La hauteur du silence"