<             >

Accueil

A Propos

Le Film
Introduction
Synopsis
Explorations
L'ordinateur écrivain
Programme
Le trouble
Les répliquants
Images
Questions
Durée
Lieux

3 Mythologies et
1 poète aveugle

Les Vies...
Visionneuse
La Théorie
Synthèse de
la parole

nisic@cicv.fr

La poésie comme maladie contagieuse ?

[La poésie, maladie contagieuse ?]
[Créateur ?]
[Que peut-on s'attendre à voir ?]
[Le vertige]









 

L'oeuvre n'est plus directement le produit du travail du créateur au sens propre puisque l'écriture elle même est assurée par la machine. En s'affranchissant du travail, le poète se libère de sa propre limite à fournir une quantité de travail donnée. Le nombre des textes qu'il va pouvoir faire générer devient sans limite. Il devient l'origine d'une véritable prolifération dont on peut imaginer qu'une fois lancée elle ne pourra plus être stoppée car pouvant se déployer dans les réseaux comme une épidémie née d'un virus. D'ailleurs, si l'on donnait une limite quantitative à cette production, quelle devrait-elle être ?


J.P.Balpe : "Je crois qu'on est dans un univers d'échanges, enfin c'est mes fantasmes. Je crois qu'on passe d'une société de consommation d'objets donc réduits en nombre (par exemple si j'achète cette tasse elle n'existe plus. On peut en faire mille exemplaires, mais il y en a mille), à une société de flux où le problème ne se pose pas. Il n'y a pas un exemplaire. Mais du coup ça bouleverse tout c'est certain.

Ce qui m'intéresse c'est presque fantastiquement si j'étais mégalomane, c'est que ce soit partout en même temps, et pas un objet unique donc. L'idée d'unicité est tellement profondément ancrée dans notre culture, d'unicité, de spécificité, de rareté. On passe à une société où la rareté n'existe plus, l'unicité n'existe plus, la spécificité n'existe plus puisque tout est dans tout. On peut jouer sur l'image, le son, tout cela est mobile, tout ça c'est des zéros et des uns."

"Donc je crois qu'il y a un changement culturel profond dont on n'a pas encore tout à fait conscience, et qui se traduit encore pour le moment dans des trucs un peu naïfs parfois comme moi ce qui m'amuse et m'irrite à la fois c'est ce terme de l'interactivité. Je crois que j'ai donné là dedans au début comme tout le monde ... Il faut que les paradigmes culturels bougent. Je crois que le cinéma interactif c'est une connerie par exemple. Je le crois très profondément maintenant. C'est à dire que ce n'est pas parce que l'on va dire à quelqu'un "choisissez la blonde ou la rousse" que ça change profondément sa vision du monde. En fait le cinéma interactif renforce les stéréotypes, il joue sur les stéréotypes. C'est donc l'inverse de ce que l'on voudrait obtenir. Et je crois que le changement culturel, et je ne veux pas jouer du mot de révolution car tout le monde en abuse, on a toujours l'impression à son époque que l'on invente tout mais je crois quand même que là il y a une technologie très riche de potentialités et qui pose des questions à tour de bras."

haut